Énergie à partir du Cacao : Une subvention américaine pour la Côte d’Ivoire

L’Agence des Américaine pour le commerce et le développement (USTDA) a approuvé une subvention pour un projet de centrale à biomasse en Côte d’Ivoire. Elle produira de l’énergie à partir du cacao.

Au moins cinq projets de développement ont récemment reçu des subventions de l’Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA). L’un d’entre eux est la construction d’une centrale à biomasse. L’installation travaillera avec les gousses de cacao dont sont extraites les fèves de cacao qui sont utilisées pour la fabrication du chocolat.

Le gouvernement ivoirien envisage de construire cette centrale dans la ville de Divo, dans le sud du pays. En Côte d’Ivoire, Divo est considérée comme la patrie du cacao et la centrale à biomasse qui sera construite sur place ne manquera pas de matières premières

Une puissance comprise entre 60 et 70 MW
Après la récolte des gousses, les agriculteurs extraient les fèves et les gousses sont très souvent brûlées. Désormais, elles seront utilisés pour produire de l’électricité grâce à la centrale à biomasse . Les autorités ivoiriennes estiment que sa capacité sera comprise entre 60 et 70 MW. L’électricité produite contribuera à répondre à la croissance de la population ivoirienne dans les années à venir.

Le projet fait partie du plan des autorités visant à produire 424 MW d’électricité à partir de biomasse. En 2018, Proparco, filiale de l’Agence française de développement en charge du financement du secteur privé, a prêté 90 millions d’euros à l’entreprise ivoirienne Sifca pour le développement d’un projet de centrale à biomasse de 46 MW à Ayebo, dans le sud-est du pays. . Cette autre centrale fonctionnera avec des déchets de palmier à huile.

Le cacao, comme l’huile de palme, est l’un des produits agricoles accusés de détruire la biodiversité dans le monde. En Côte d’Ivoire, dans les années 1960, la forêt couvrait 16 millions d’hectares. Maintenant, la végétation dense recouvre moins de 2,5 millions d’hectares, soit seulement 11% du territoire. La couverture forestière est bien inférieure au seuil de 20% fixé par les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Outre les efforts du gouvernement pour produire de l’électricité à partir de déchets agricoles, il prévoit également de reboiser 20% des terres d’ici 2040.

Pour lire plus https://intellivoire.net/energie-a-partir-du-cacao-une-subvention-americaine-pour-la-cote-divoire/


.

De la même catégorie

Commentaires

  1. Camala Haddon
    Reply

    Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Donec sit amet eros.

    1. Admin
      Reply

      Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis.

  2. Bradley Grosh
    Reply

    Ut tellus dolor, dapibus eget, elementum vel, cursus eleifend, elit. Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Integer rutrum ante eu lacus.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Fields marked with an are required.