Côte d'Ivoire / Identification Unique (IDU) des entreprises : Les chefs d’entreprises appelés à se mettre en règle

Photo : Essis Esmel Emmanuel, ministre auprès du premier ministre , en charge de la promotion de l'investissement privé

La salle Jewels à la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire, CGECI a été le cadre d’une conférence de presse ce mardi 17 décembre 2019 organisée par le CEPICI (Centre de Promotion des Investissements en Côte d’ivoire), sur la mise en œuvre du programme d’attribution du numéro d’Identification Unique (IDU).

Il s’agissait à cette rencontre d’échanges dont le principal interlocuteur était M. Essis Esmel Emmanuel, ministre auprès du Premier Ministre en charge de la Promotion de l’Investissement privé d’exhorter les entreprises en activité avant le 04 octobre 2019 à se faire attribuer l’IDU.

En effet, avec la prise de l’ordonnance n°2015-182 du 24 mars 2015 instituant un identifiant unique pour l’immatriculation des entreprises, modifiée par l’ordonnance N° 2018-644 du 1er aout 2018, et pour répondre aux normes Doing Business, le gouvernement ivoirien à travers ses structures, a lancé l’opération de l’identification à l’IDU le 04 octobre 2018 pour prendre fin ce 04 octobre dernier ; soit sur un délai de 1 (un) an.

Cependant, aux dires du conférencier, le ministre Essis, 19 776 certificats IDU ont été délivrés eu égard aux nouvelles déclarations de création d’entreprise à partir du 04 octobre 2019 date d’entrée en vigueur de l’ordonnance au 13 décembre dernier ; contre 854 certificats pour les entreprises en activités avant la prise et l’application de l’ordonnance.

Or, l’IDU, pour le reste est une procédure légale et obligatoire pour toute entreprise exerçant en Côte d’ivoire. Ce numéro est l’unique qui sera exigé au terme du dernier report allant en décembre 2020. Passé ce délai, Il sera demandé pour toute transaction (douanes, impôts, assurances, banques, partenaires…) et remplace à ce sujet, les numéros acquis antérieurement pour les déclarations fiscales (Compte Contribuable), sociales (CNPS) et juridiques (RCCM).

Pour permettre cette procédure, l’Etat de Côte d’ivoire n’a pas lésiné sur les moyens conséquents pour faciliter la tâche aux entreprises à travers des points d’accueil avec des conseillers clients (CGECI, CCI, CCIF-CI, FIPME, CCIL-CI …) et une plate forme (www.idu.ci) dont les services restent entièrement gratuits.


Photo : Mme R. Fall, directrice de l'environnement des affaires au CEPICI

Ainsi, selon Mme Fall, directrice de l’environnement des affaires, intervenante aux côtés du Ministre Essis, tout a été mis en œuvre après d’intenses réflexions pour rendre cette immatriculation économique qui aboutira à un certificat moins pénible pour les opérateurs économiques déjà en activité.  

Il suffit de visiter le site, suivre les indications, repondre selon ses données personnelles et recevoir en 72 heures maximum son certificat IDU. Une aubaine est même donnée aux entreprises qui manquent de certains documents et souhaitant se mettre à jour ou changer simplement certains données liées à certaines caractéristiques telles le nom social, le capital, les associés, l’adresse, et toutes autres informations à un coût de zéro (0) francs.


C’est donc avec assurance après des le jeu des questions-réponses, que les participants composés de journalistes, des représentants de ministères, de dirigeants d’organisations du monde économique ivoirien et d’operateurs économiques ont suivi la démonstration séance tenante de l’immatriculation au numéro unique sur la plate forme www.idu.ci, faite par M. Koffi Kouamé Noël consultant senior au CEPICI.

Fulgence Wawa Jay


.

De la même catégorie

Commentaires

  1. Camala Haddon
    Reply

    Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Donec sit amet eros.

    1. Admin
      Reply

      Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis.

  2. Bradley Grosh
    Reply

    Ut tellus dolor, dapibus eget, elementum vel, cursus eleifend, elit. Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Integer rutrum ante eu lacus.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Fields marked with an are required.