Abattoir de Port Bouët : N’Fah ou l'honnêteté d’un boucher adulé

Tout commence dès l’âge de 13 ans où il fut admis à fréquenter la boucherie du père. N’Fah Traore, celui dont les clients, les pairs chevillards (bouchers) et autres acteurs du milieu de la boucherie collent la notion de probité était loin de s’imaginer de la notoriété dont il sera objet aujourd’hui.

Et pourtant, rien ne présageait cependant une telle réussite dans ce métier de chevillard (boucher) qu’il a lui-même abandonné pour les cultures de cacao et de café à Daloa juste après l'initiation au près de son père. L’accomplissement du destin étant plus fort dans sa fratrie, N’Fah reviendra quelques années plus tard pour s’adonner à ce qu’il y avait de mieux pour lui. La boucherie. Il a 23 ans quand reprends la nouvelle aventure. Et, c’est encore papa qui l’accueil à l’abattoir d’Abidjan Port Bouët.

L'honnêteté, seule marque pour la relève

Cette fois, c’est une sorte de préparation à la relève. Parmi les potentiels successeurs, le choix était porté sur N’Fah pour assurer la suite du vieux qui subissait déjà l’âge. Pour cette famille, le métier de boucher devrait désormais être une sorte de perpétuité depuis la trouvaille du père.  Encore que le patriarche misait la réussite de ce métier sur la patience, l’humilité et l’honnêteté. Qualités qui semblent être décelées au jeune N’Fah.    

  

N'Fah et son second à l'heure de la petite pause devant la façade du box 49 à l'abattoir de Port Bouet 

« Papa me disait sans cesse de garder à l’esprit une certaine attitude. Il s’agit pour lui de l’humilité, la patience, l’honnêteté mais également avoir l’amour de ce que l’on fait. Ceci m’a guidé le reste du temps car il me fallait réussir pour l’honneur de la famille et de feu mon père, je n’avais donc pas le choix » entonne N’Fah quand il nous reçoit dans son box 49 de l’abattoir centrale d’Abidjan sis à Port Bouët.

« Je mets donc un droit d’honneur sur la qualité de la viande d’abord puis sur l’accueil et la satisfaction mais surtout sur la pesée. C’est très très important chez nous. Nos instruments de mesures doivent être sans aucune anomalie. 1 kg de viande doit être 1 kg de viande. Pas moins et vérifiable partout ailleurs. Peut être c’est ce qui fait la différence, mais j’y accorde beaucoup d’intérêts »  précise l’homme du jour.

L'un des meilleurs chevillards de sa génération visiblement hereux de notre visite à son box 49 de l'abattoir de Port Bouet

Une clientèle de diverses provenances

Il n’y a aucun doute aujourd’hui sur le résultat de cette conduite. Le Box 49 de l’abattoir central d’Abidjan en effet subit chaque jour les assauts des clients qui viennent de tous les horizons même de l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

La diversité des clients qui nous trouvent sur place lors de notre journée avec l’équipe du Box 49 a fini par nous convaincre.

M. Dramane Ouattara, fidele client du box 49 depuis des années, malgré la distance se dit très satisfait du service et de la qualité de la viande

« J’habite la commune de Koumassi et viens chez N’Fah depuis de nombreuses années pour tous mes approvisionnements car avec lui j’ai eu l’assurance de la qualité de la viande mais et c’est important,  je suis sure du pesage. Il n’y a pas de nambran (ndlr : tricherie en langue dioula) » Témoigne le doyen Ouattara Dramane visiblement heureux de notre visite à celui qu’il considère comme le meilleur boucher d’Abidjan.

Même son de cloche pour dame Kebe Djeneba de Gonzague qui pour elle « N’Fah n’a pas d’égale en termes de qualité et sérieux avec la balance. Depuis mon premier jour il y a de cela des années, je n’ai plus eu le choix que de m’abonner à sa boucherie»

Dame Kebe Djeneba en attente d'être servie comme d'habitude 

Une équipe soudée dans la rigueur

N’Fah et ses collaborateurs au nombre de 5, n’ont pratiquement pas le temps dès l’aube jusqu’au crépuscule abidjanais. Il faut y faire. La satisfaction de la clientèle est le leitmotiv à l’amorce de chaque journée. Le patron des lieux mise sur la rigueur pour faire admettre ses principes à ses collaborateurs.

Pour Ahmed Fofana employé chez N’Fah « le patron tient tout d’abord à l’honnêteté en vers les clients sans oublier la propriété. Dès 4h du matin, nous sommes à pieds d’œuvre. Après la récupération de la viande, il faut qu’elle soit accueillie dans la stricte propriété. Il y va de la santé de nos clients. En tant que second de l’équipe, je m’évertue à faire respecter les consignes. Le nettoyage, la stérilisation des outils et la vérification des instruments de pesée »  

Fofana, le second de l'équipe du box 49 à la tâche pour donner satisfaction aux clients 

Sadi Coulibaly, 24 ans également membre de l’équipage du box 49 ne dira pas le contraire. Lui pour qui N’Fah Traoré est « non seulement exigeant mais très méticuleux et intransigeant sur tout ce qui concerne le boulot. Ici c’est la pression jusqu’à la fermeture car il faut nécessairement que chaque client soit satisfait. A partir de 18 h 30 mn on pourra passer au relâchement ».

Le jeune Coulibaly veille au respect de la propriété tout en se penchant sur les préoccupations des clients

Une vision, un projet ouvert à tous

Après avoir formé plus d’une vingtaine de jeunes au métier de chevillard, N’Fah Traoré compte passer à une autre vitesse si le temps et les moyens le lui permettent. Il rêve d’être sur toute la chaine du secteur viande. De la production à la commercialisation dans un système modernisé.

« Ma vision est de continuer à former des jeunes d’ici et d’ailleurs dans un cadre plus modernisé. C’est-à-dire élever nos animaux, les transporter, les faire passer dans une charcuterie moderne et distribuer la viande fraiche comme celle transformée à travers des divers points de vente sur l’étendue du territoire abidjanais et même certaines villes de l’intérieur. Nous sommes donc ouverts à toute proposition allant dans ce sens » conclut N’Fa Traoré, l’un des meilleurs chevillards de sa génération.

 

Fulgence Wawa Jay

Evariste N’Guessan

.

De la même catégorie

Commentaires

  1. Camala Haddon
    Reply

    Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Donec sit amet eros.

    1. Admin
      Reply

      Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis.

  2. Bradley Grosh
    Reply

    Ut tellus dolor, dapibus eget, elementum vel, cursus eleifend, elit. Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Integer rutrum ante eu lacus.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Fields marked with an are required.