Campagne de commercialisation 2019-2020 : Une surproduction cacaoyère redoutée

La campagne cacaoyère 2018-2019 a été marquée selon le Conseil Café-Cacao par un déroulement normal des opérations commerciales avec un prix minimum garanti aux producteurs de 750 francs CFA par Kilo bien fermenté, bien séché et bien trié. Ce prix a marqué un nouveau départ à la hausse du prix minimum garanti après la crise de la campagne 2016/2017. 

Des actions importantes ont également été entreprises pour le bonheur des producteurs et la durabilité de la filière. Au titre de la coopération Côte d’Ivoire-Ghana dans le secteur du Cacao, des avancées notables ont été enregistrées. Notamment l’accord avec les chocolatiers pour travailler de façon conjointe et tripartite à la résolution des problématiques de durabilité que connaissent les deux pays à savoir le travail des enfants, la déforestation, l’utilisation des matières grasses autres que le beurre de cacao dans la fabrication du chocolat, pour ne citer que ces quelques exemples. 

Au titre des actions menées en propre par la Côte d’Ivoire, l’on relève l’amélioration des conditions de vie des producteurs et de leurs familles, la poursuite des investissements en milieu rural dans les domaines des routes de desserte agricole, la construction et l’équipement des centres de santé ruraux, la réalisation et l’équipement d’écoles et de logements d’instituteurs ainsi que le forage et l’installation de pompes hydrauliques villageoises… 

Dans le cadre de la sécurisation de l’outil de production, le Conseil du Café-Cacao a intensifié la lutte contre la maladie du Swollen Shoot du cacaoyer par l’arrachage systématique des arbres infectés par ce virus. Le Conseil du Café-Cacao a également, démarré l’opération de recensement des producteurs de Café-Cacao et de leurs Vergers. Cette opération, permettra à terme, d’une part de répondre à la problématique de la traçabilité du cacao marchand et d’autre part de définir des politiques plus affinées pour le développement de la filière café-cacao. Avec l’appui du Gouverneme, le Conseil du Café-Cacao compte maintenir le cap. Aussi, pour la campagne 2019/2020, de nombreuses perspectives sont à mettre en œuvre.

 

Une surproduction redoutée

Il s’agira entre autre de poursuivre les actions visant à améliorer les revenus des producteurs et leurs conditions de vie ; de maîtriser et stabiliser environ deux millions de tonnes la production ivoirienne de cacao, car une surproduction conduira à une surabondance de l’offre mondiale et provoquera la chute des cours mondiaux. 

‘’C’est le lieu donc d’interpeller nos producteurs et de les inviter à arrêter toute création et renouvellement de leurs plantations ; de travailler à la mise en place d’un système de traçabilité fiable pour donner d’avantage confiance à nos partenaires commerciaux’’, avertit Yves Koné Brahima, directeur général dudit conseil. 

Pour la campagne 2019-2020, ‘’les actions déjà initiées pour le bien être des producteurs vont se poursuivre et s’intensifier. C’est pourquoi l’opération de recensement demeure une priorité et nous invitons, si besoin était encore, tous les producteurs de cacao de Côte d’Ivoire à y adhérer’’. Enfin, la campagne 2019/2020 sera l’occasion de continuer à adresser les problématiques de durabilité (lutte contre déforestation, lutte contre le travail des enfants) en conjuguant les efforts avec le Ghana ainsi que les chocolatiers.

EVARISTE N’GUESSAN


.

De la même catégorie

Commentaires

  1. Camala Haddon
    Reply

    Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Donec sit amet eros.

    1. Admin
      Reply

      Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis.

  2. Bradley Grosh
    Reply

    Ut tellus dolor, dapibus eget, elementum vel, cursus eleifend, elit. Aenean auctor wisi et urna. Aliquam erat volutpat. Duis ac turpis. Integer rutrum ante eu lacus.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Fields marked with an are required.